Découvrez le planning et la diffusion de tous nos événements aux alentours de Thonon-les-Bains

Forte de son expérience, l’agence événementielle et culturelle L.A.C à Fessy près de Thonon-les-Bains en Haute-Savoie, met à votre disposition la diffusion de différents programmes et évènements culturels.

Forte d’une expérience professionnelle dans le monde de la communication événementielle, Amel Ducret saura vous conseiller pour diffuser un événement artistique ou culturel, que vous soyez une association ou une structure privée.

Léman des Arts et de la Culture intervient en effet en amont pour orchestrer et préparer la diffusion de votre événement privé ou public, mais aussi pour vous accompagner et promouvoir votre spectacle, que ce soit de la danse, du théâtre, du cinéma, des expositions, etc.

Planning organisation événement Thonon-les-Bains

Consultez les différents événements proposés par L.A.C

Grand Théâtre de Genève : Einstein on the Beach du 11 au 18 septembre 2019

jeudi 1 janvier 1970


« Rien n'a changé mais maintenant nos yeux et nos oreilles sont prêts à voir et à entendre. » John Cage »

Première en Suisse, Einstein on the Beach, l’opéra de Philip Glass vous est offert du 11 au 18 septembre au Grand Théâtre de Genève (GTG), marquant l’empreinte d’Aviel Cahn à la nouvelle direction. Le mandat d’Aviel Cahn à Genève débute avec la première suisse d’Einstein on the Beach, en coproduction avec la Compagnia Finzi Pasca. « Il s’agit d’une véritable pierre, comme une fondation pour la nouvelle identité du Grand Théâtre » affirme le directeur général du Grand Théâtre. À la tête du projet, Daniele Finzi Pasca précise ses intentions : « Je souhaite montrer des images, révéler son côté onirique, sa dimension presque contemplative.»

Ce moment de musique minimal coproduit avec la Compagnia Finzi Pasca, dont certains créateurs ont signé l’édition 2019 de la Fête des Vignerons, sera accompagné d’une nouvelle production faite d’art vidéo, chorégraphies, néons et autres séquences répétitives. En fosse, Titus Engel dirigera l’Einstein Ensemble, une formation inédite des étudiants de la Haute école de musique de Genève (HEM).

 

Première en Suisse, Einstein on the Beach, l’opéra de Philip Glass vous est offert du 11 au 18 septembre au Grand Théâtre de Genève (GTG), marquant l’empreinte d’Aviel Cahn à la nouvelle direction.

Le mandat d’Aviel Cahn à Genève débute avec la première suisse d’Einstein on the Beach, en coproduction avec la Compagnia Finzi Pasca. « Il s’agit d’une véritable pierre, comme une fondation pour la nouvelle identité du Grand Théâtre » affirme le directeur général du Grand Théâtre. À la tête du projet, Daniele Finzi Pasca précise ses intentions : « Je souhaite montrer des images, révéler son côté onirique, sa dimension presque contemplative.»

Ce moment de musique minimal coproduit avec la Compagnia Finzi Pasca, dont certains créateurs ont signé l’édition 2019 de la Fête des Vignerons, sera accompagné d’une nouvelle production faite d’art vidéo, chorégraphies, néons et autres séquences répétitives. En fosse, Titus Engel dirigera l’Einstein Ensemble, une formation inédite des étudiants de la Haute école de musique de Genève (HEM).

« Rien n'a changé mais maintenant nos yeux et nos oreilles sont prêts à voir et à entendre. » John Cage ».

Fidèle aux idées de Philip Glass, la production de musique minimale et cyclique est un spectacle en continu d’une durée de 4 heures, durant lesquelles le public peut entrer et sortir à sa guise.

DE NOMBREUSES COLLABORATIONS Einstein on the Beach est une co-production avec la Compagnia Finzi Pasca, en partenariat avec la Haute école de musique et le festival La Bâtie, conformément à la volonté de la nouvelle direction de collaborer avec les acteurs culturels romands. De même, le Grand Théâtre s’associe avec le CERN pour les journées portes ouvertes et un Talk sur le thème : « La science peut-elle sauver le monde ». Enfin, Einstein on the Beach entre en résonance avec d’autres productions du Grand Théâtre, comme In The Penal Colony de Philip Glass mis en scène par Clara Pons (les 6 et 7 septembre au Lignon) dans le cadre du festival La Bâtie.

UN GRAND WEEKEND D’OUVERTURE La nouvelle direction a lancé un ambitieux programme pour ouvrir le Grand Théâtre vers la ville, par sa ligne La Plage, emmenée par la dramaturge Clara Pons. Afin de marquer le lancement de la saison, un grand week-end ouvre les portes –toutes les portes– en grand. Le 7 septembre, la répétition pré-générale d'Einstein on the Beach sera accessible au public et gratuite. Suivront la projection de Koyaanisqatsi (sur des musiques de Philip Glass) et une soirée festive, la Late Night, dès 22 h. Le bâtiment de Neuve ouvrira le 8 septembre toute la journée, pour faire découvrir aux publics les métiers des ateliers et la technique de scène, le Ballet et le Chœur du Grand Théâtre, au travers d’un programme artistique et pédagogique. À noter enfin la journée portes ouvertes au CERN (le 15.09) et le Duel baptisé La science peut-elle sauver le monde ? (le 19.09)

 

L'ŒUVRE Véritable OVNI de l’opéra, œuvre non-narrative et minimale, Einstein on the Beach a été créée en 1976 au festival d’Avignon. La partition est de Philip Glass, les textes du compositeur et de la chorégraphie de Lucinda Childs et la mise en scène est signée Robert Wilson. Dans cet opéra intitulé au hasard Einstein on the Beach on Wall Street, pas d’argument, d’action, mais une suite de séquences, « a musical reflection of the anxious, fin-de siècle mood of the late 1970s » selon le Grove dictionary. Ou selon les mots de son compositeur « Un manière totalement différente de s’apparenter au théâtre musical. ». Par son côté cyclique et répétitif, sans narration, l’objectif est l’invention d’un récit par le spectateur, comme le justifie Philip Glass : « Il n’y a pas besoin d’y comprendre quelque chose. On peut s’y perdre.  C’est le pari qu’a pris le GTG, c’est de perdre le spectateur, on ne peut pas gagner à tous les coups, surtout quand on prend le risque de montrer des œuvres inédites à Genève. Tout est à sujet à interrogation :  la rationalité et l’irrationalité, le fini et l’infini, la négation du sens avec la bombe atomique en ligne de mire.

LA MUSIQUE La musique américaine est marquée par le courant minimal, avec par exemple Steve Reich ou John Adams. Dans Einstein on the Beach, la partition révèle des harmoniques longues, une rythmique tantôt lente et contemplative (comme le courant down tempo), tantôt rapide et répétitive, permettant la transe et la perte de repères. Elle recèle deux dimensions importantes dans la musique de Philip Glass : processus cumulatif et structures cycliques. Le spectateur perd ainsi la notion du temps. C’est la relativité du temps théorisée par Albert Einstein. Einstein on the Beach comporte des séquences comme « Train », « Trial, Prison  », « Bed » entrecoupées de « Knee Plays » qui agissent comme des respirations. Au Grand Théâtre de Genève, un chœur de 16 personnes est constitué d’élèves de la Haute Ecole de Musique de Genève (HEM), partenaire cette première suisse. Avec d’autres élèves musiciens, ils forment et pour l’occasion le Einstein-Ensemble.

LA PRODUCTION : Ce n'est pas une première à l'opéra, pour Daniele Finzi Pasca, puisqu'il a déjà mis en scène Aida (au répertoire du Mariinski), Pagliacci et Carmen au Teatro San Carlo et monté des des productions grand format –  la Fête des Vignerons, trois cérémonies Olympiques (Turin 2006 et Sochi 2014, Jeux Olympiques et Jeux Paralympiques) – il offre une nouvelle approche de l’œuvre créée par Philip Glass dans la mise en scène de Robert Wilson. À Genève, la co-production avec la Compagnia Finzi Pasca réduit l’œuvre de 4h40 à environ 4 heures regroupant l’ art vidéo (Roberto Vitalini), lumières scéniques (Alexis Bowles), la chorégraphie (Maria Bonzanigo) et les arts du cirque. Daniele Finzi Pasca signe la mise en scène et les lumières. La scénographie envoûtante est dessinée par Hugo Gargiulo, les costumes par Giovanna Buzzi.


Pour en savoir davantage sur les différents événements proposés par Léman des Arts et de la Culture, n’hésitez pas à la contacter au 06.36.51.18.31.